samedi 7 juillet 2007

Je vous emmène....

... en plongée avec moi. Ici il fait très chaud, alors allons nous rafraichir à 40 m de fond, au large de Porquerolles. Il existe dans ces profondeurs bleutées l'épave d'un bateau coulé aux dernières heures de la seconde guerre mondiale.

J'ai plongé sur cette épave des dizaines de fois et chaque fois l'émerveillement était au rendez-vous. J'y ai même fait une plongée sous une pluie battante un jour de fin Octobre, orage, vent violent et houle d'est qui déformait la mer. Mais sous la surface, un monde paisible et secret se révèle, un monde peuplé d'habitants colorés, quelques fois curieux, quelques fois fuyants, habité par des végétaux qui n'en sont pas, gorgones violettes dans la lumière des phares, éponges grises qui se révèlent orange ou vert fluo...
Venez, je vous emmène sous la surface....

Scuba Channel

Un peu d'histoire maintenant pour nous reposer :
Ce bateau s'appelle en réalité le "Prosper Schiaffino". Il
a été lancé en 1931 sous le nom de « Petite-Terre » et, utilisé comme bananier, il faisait la ligne France-Antilles. En 1939, il devint propriété de l'armateur Charles Schiaffino. Celui-ci avait coutume de baptiser les bateaux de sa compagnie - il y en avait une vingtaine - avec les prénoms de ses parents. La Seconde Guerre mondiale fut malheureusement fatale pour la flotte de Schiaffino. Tous ses navires furent coulés au cours des hostilités ou  alors qu'ils étaient à l'abri de quelque port, à l'exception du Donator. Le cargo surrnonta en effet sain et sauf les désastres de la guerre. Mais la chance qui l'avait accompagné au cours des combats tourna. Le 10 novembre 1945, avec son chargement de vin, il heurta une des nombreuses mines abandonnées par les sous-marins allemands et coula.

En octobre 1945, le cargo quitta Marseille avec un chargement de légumes secs à destination de l'Algérie; puis, arrivé au port de Mostaganem et après avoir déchargé, le Donator reçut une cargaison de vin contenu dans de très nombreuses bouteilles rangées dans les cales et dans d'énormes citemes arrimées sur le pont. Le dragage des mines dans toute la Méditerranée n'étant pas encore terminé, le commandant du navire - le capitaine Baillet - avait ordonné la plus grande vigilance. Le passage entre la presqu'île de Giens et l'île de Porquerolles étant bloqué, le bateau fut contraint de faire le tour de l'île en passant par le sud. C'était le 10 novembre; un mistral très fort soufflait, et le cargo, ralenti par sa lourde cargaison, faisait route avec peine dans la mer formée tandis que les vagues montaient à bâbord jusqu'au niveau du pont. Arrivé à la hauteur de l'extrémité sud-est de l'île, le Donator inclina sa route pour passer entre Porquerolles et Port-Cros. Il était 13 h 10 quand la fin du monde arriva ! Une terrifiante explosion parcourt le bateau entier, le faisant vaciller et détruisant la proue : il avait heurté de plein fouet une mine! Un engin qui dérivait en pleine eau ou qui était encore relié à son filin et qui n'avait pas été repéré par les bateaux de déminage. Quelques secondes après l'explosion, le bateau avait déjà embarqué tellement d'eau que la poupe commença à se soulever. Les vingt-neuf hommes d'équipage tentèrent en vain de mettre à l'eau les chaloupes de sauvetage. mais la position de plus en plus inclinée du navire rendit impossible ces tentatives. En proie à la panique, quelques marins sautèrent à l'eau, d'autres, frénétiquement, tentèrent de jeter les radeaux de liège qui étaient arrimés sur le pont. Tout cela advint en quelques minutes; la poupe se soulevait toujours davantage et l'hélice du bateau se trouvait déjà au-dessus du niveau de la mer: le Donator était dès lors condamné au naufrage. Les marins qui avaient réussi à s'éloigner à la nage de la zone de l'accident ou qui avaient pu prendre place sur les radeaux de liège virent leur bateau s'enfoncer vers les abysses, dans des bruits sinistres et parcouru par des vibrations intenses.
Un avion de reconnaissance de la Marine anglaise fut témoin de l'accident et put prévenir les bases de la Marine. Quatre heures plus tard, les secours arrivèrent. Vingt-sept marins furent sauvés, deux hommes furent portés disparus et deux des marins sauvés ne reprirent jamais connaissance. Le naufrage du Donator signifiait pour la société armateur Charles Schiaffino et Cie la perte de son dernier navire.

Posté par Cath la Cigale à 09:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Je vous emmène....

    merci pour cette visite sous marine et ce cours d'histoire navale !!

    Posté par domiprovence, samedi 7 juillet 2007 à 11:57 | | Répondre
  • waouhhhhh génial, merci pour ce beau reportage accompagné de l'histoire du bateau
    bisous cigale et encore bon anniversaire

    Posté par brigitte, dimanche 8 juillet 2007 à 09:09 | | Répondre
Nouveau commentaire